Retraite : anticipez la baisse de revenus !

La seconde édition de l’étude internationale « Mind the Gap » consacrée au déficit des retraites en Europe, réalisée conjointement par Aviva et le cabinet Deloitte, confirme la nécessité d’épargner pour anticiper la baisse de revenus des futurs retraités.

Faisant suite à une précédente étude quantitative réalisée il y a 5 ans, l’édition 2016 avait pour principal objectif d’éclairer et alimenter le débat sur la préparation de la retraite, notamment à l’intention des acteurs du secteur, des gouvernements et des institutions européennes. Elle permet également de mesurer le « gap », c’est-à-dire la somme à verser chaque année lorsqu’on est en activité, pour bénéficier – après le départ en retraite – d’un revenu de remplacement.

Un taux de remplacement des salariés divisé par deux à 30 ans

Le principal enseignement de l’étude est que le problème de financement concerne tous les pays européens, avec une dégradation du taux de remplacement – qui correspond au rapport entre le montant de la retraite et celui du dernier revenu d'activité perçu - pour des raisons essentiellement démographiques ; la France se situant dans la moyenne européenne. Pour maintenir un niveau de vie satisfaisant pour ses retraités, notre pays devrait ainsi réinjecter 241 M€ par an, alors que ce montant est de 380 M€ pour le Royaume-Uni et de 470 M€ pour l’Allemagne.

Dans les faits, avec une moyenne de 53%, le taux de remplacement français – largement financé par l’État - est aujourd’hui l’un des meilleurs en Europe. Mais l’étude prévoit que celui-ci risque d’être quasiment divisé par deux à un horizon de 30 ans, pour se situer à 28% en 2047.

Ces chiffres confirment la nécessité de mettre en place, au niveau individuel, une épargne permettant d’anticiper la baisse de revenu au moment du départ en retraite. Et le savoir offre l’opportunité de s’y préparer le plus tôt possible…

Aller au-delà de la prise de conscience de ce que sera sa propre retraite

En fonction de son âge, c’est une somme de 100 à 650 € par mois que chaque actif devrait épargner pour préserver un niveau de vie satisfaisant pour sa future retraite ; soit 1 200 € annuels pour un actif âgé de 20 ans, 1 600 € s’il a 30 ans, 3 800 € à 40 ans et 7 800 € annuels à 50 ans !

Selon l’étude, les Français semblent avoir conscience de la diminution à venir des prestations puisqu’ils sont 52% à se déclarer préoccupés par le fait de ne pas avoir suffisamment d’argent lorsqu’ils seront à la retraite.

En revanche, ils demeurent encore une minorité à s’y préparer réellement puisque seulement 39% prennent des mesures pour assurer un niveau adéquat de revenu de retraite. Ainsi, à titre d’illustration, 90% des salariés français en activité ne disposent pas de PERP et 39% des professionnels n’ont pas de contrat Madelin.

Les avantages des contrats retraite PERP et Madelin

Ces deux produits offrent pourtant de nombreux avantages, notamment sur le plan fiscal avec des versements déductibles des revenus et, par conséquent, une économie d’impôt à la clé ! Et plus l’épargnant paie d’impôt, plus l’économie peut être importante ; ce qui en fait des contrats particulièrement intéressants pour les quadragénaires et les quinquagénaires qui cumulent souvent revenus plus élevés et charges en baisse.

En cette fin d’année, il peut d’ailleurs être intéressant d’ouvrir un contrat et/ou d’effectuer un reversement, afin d’en bénéficier pleinement et jouer de la déductibilité à l’occasion de votre prochaine déclaration de revenu.

Pour le PERP comme pour le Madelin, l’épargne est bloquée jusqu’au départ en retraite – même si quelques situations de déblocages anticipés sont prévues – mais chaque contrat présente ses spécificités. Ainsi le PERP présente-t-il une plus grande souplesse car les versements sont libres et une sortie partielle en capital est possible lors du départ en retraite.

Dédié exclusivement aux travailleurs non-salariés, le contrat Madelin offre quant à lui une garantie du taux de rente qui peut s’avérer très intéressante.

Et toujours l’assurance vie…

En plus de ces contrats qui apparaissent autant comme des outils de prévoyance que d’épargne, surtout destinés aux plus de 40 ans et aux actifs entrant dans la seconde partie de leur carrière, l’assurance vie demeure une solution attractive en vue de préparer sa retraite.

Elle permet de se constituer efficacement, sur le long terme, un capital retraite dans un cadre fiscal avantageux, de façon progressive et à son rythme, avec par exemple des prélèvements mensuels pouvant être complétés par des versements ponctuels. Côté rendement, afin de tenir compte de la baisse des fonds euros et dynamiser son portefeuille, il est recommandé de le diversifier en introduisant des supports en unités de compte, en fonction du profil d’investisseur de chacun.

Qu’il s’agisse de l’assurance vie, du Perp ou du contrat Madelin, n’hésitez pas à solliciter les conseils de votre interlocuteur Aviva qui saura vous proposer la solution la plus adaptée à votre situation et à vos objectifs.

Vous pouvez également réaliser un diagnostic grâce au simulateur retraite Aviva : http://www.aviva.fr/particulier/epargne/assurance-retraite/simulateur-retraite.html

Haut de page