Salariés, préparez votre retraite avec le PERIN

Une incitation fiscale à épargner pour votre retraite de salarié

Une majorité des projections sur les revenus des futurs retraités prévoit une baisse de 25 à 50% entre le niveau de la pension et votre dernier salaire. Afin d'anticiper cette situation, il convient donc de se constituer une épargne susceptible de compléter les pensions reçues de la Sécurité Sociale et de l'AGIRC-ARCCO.

Et, si vous êtes déjà conscient que vous devez épargner pour préparer votre retraite, avez-vous déjà profité du dispositif fiscal permettant de réduire votre impôt sur les revenus en épargnant pour votre retraite ? La principale différence entre un contrat d’assurance vie et un Plan d’Epargne Retraite Individuel (PERIN) réside en effet dans l’attrait fiscal de cette solution d’épargne, les versements réalisés venant en réduction du revenu net imposable. Mais, compte tenu de l’encadrement légal de ce mécanisme d’épargne, il convient de mesurer si cette solution est la plus adaptée à votre besoin. En effet, à effort d’épargne équivalent, l’économie d’impôt varie d’un foyer fiscal à l’autre.


Exemple :

Un couple marié, salariés, ayant deux enfants à charge, déclare 60 000 € de revenus. En l’absence de tout dispositif de réduction fiscale, il devrait payer 2 505 €* d’impôts sur le revenu. S’il épargne 5 000 € sur un PERIN, son imposition baissera de 799 € pour être ramenée à 1 706 €.

Si ce couple n’a pas d’enfant à charge et voit ses revenus augmenter à 70 000 €, son imposition sera de 6 912 €*. La même démarche d’épargne de 5 000 €* sur un PERIN lui procurera une baisse de son imposition de 1 500 €, son impôt étant ramené à 5 412 €… soit un rendement fiscal deux fois supérieurs pour un effort d’épargne identique.

* Selon barème d’imposition 2021

Tout savoir sur votre PERIN

Quelles limites fiscales ?

La loi ne limite pas votre possibilité d’épargner pour votre retraite. Compte tenu que vous n’avez pas d’obligation de versements, vous pouvez donc choisir chaque année le montant que vous souhaitez y consacrer. Par contre, la loi fixe une limite globale de déduction(1) de vos versements de vos revenus professionnels. Pour 2021, elle est égale à 10 % de vos revenus professionnels de 2020 dans la limite de 329 088 €, soit un plafond de versements déductibles de 32 909 €. Mais, si vos revenus professionnels de 2020 étaient inférieurs à 41 136 €, la déduction maximale reste néanmoins fixée à 4 114 €.

Ces limites sont diminuées éventuellement des autres démarches d’épargne retraite que vous ou votre employeur pouvez réaliser sur un Plan d’Epargne Retraite d’Entreprise Catégoriel, ou par l'intermédiaire de l’abondement de votre entreprise à un Plan d’Epargne Retraite Universel.

Bon à savoir :

  • Si vous n’exercez pas ou plus d’activité professionnelle, vous bénéficiez néanmoins d’un droit à épargner pour votre retraite égale à 10 % du Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS), soit 4 114 € pour 2021.
  • De même, les membres d’un couple marié ou lié par un PACS, soumis à une imposition commune, disposent de droits individuels ; si votre conjoint ou partenaire n’a pas utilisé tous ses droits, ils sont transférables pour augmenter les vôtres.
  • Enfin, vous pouvez bénéficier des droits non consommés sur les trois dernières années. N’hésitez pas à interroger l’administration fiscale pour connaître l’enveloppe totale de déduction dont dispose votre foyer fiscal en vous connectant à votre espace personnel sur le site https://www.impots.gouv.fr/portail. L’administration fiscale vous adressera sur demande votre disponible fiscal retraite 2021.

Mon épargne est-elle disponible ?

En principe, votre épargne reste indisponible jusqu’à la retraite, mais vous pourrez en disposer avant ce terme pour acquérir votre résidence principale(1) ou en cas d’accident de la vie ; il s’agit de la cessation de votre activité non salariée à la suite d’une liquidation judiciaire, de l’invalidité(2) (la vôtre, celle de votre conjoint et/ou d’un enfant à charge), du décès de votre conjoint ou de votre partenaire de PACS, ou si vous vous trouvez en situation de surendettement. Les sommes perçues sont alors exonérées de toute fiscalité, à l’exception des prélèvements sociaux sur la part de plus-value récupérée.

Sous quelle forme puis-je récupérer mon épargne retraite ?

A l’âge légal de départ à la retraite ou à la liquidation de vos droits à la retraite dans un régime obligatoire d'assurance vieillesse, vous pourrez disposer de votre épargne sous forme d’une rente viagère, d’un capital versé en une ou plusieurs fois, voire un mixte des deux solutions.

Que devient mon contrat PERP ou PREFON ?

Si vous aviez déjà entamé une épargne retraite sur un contrat retraite PERP ou PREFON, vous pouvez demander à la transférer sur votre PERIN pour bénéficier de sa plus grande souplesse. Mais, si vous étiez en situation de sortir en capital l’intégralité de l’épargne constituée au moment de votre retraite (possible si la rente générée est d’un montant inférieur à 100 €), la fiscalité qui s’applique est alors plus attractive pour un PERP que pour un PERIN. De même, certains contrats appliquent des frais de transfert ; n’hésitez pas à patienter jusqu’à ce que ces frais ne puissent plus s’appliquer, c’est-à-dire, légalement, au-delà de 10 ans après la date de souscription du contrat.

Que devient mon PERIN si je change de statut professionnel ?

Si vous êtes amené à changer de statut au cours de votre carrière, devenir travailleur non salarié par exemple, vous pourrez continuer à épargner pour votre retraite sur votre PERIN. Cette solution vous suit quel que soit votre statut professionnel.

Envie d’être accompagné dans votre projet d’épargne ?

Prenez rendez-vous dès maintenant avec un spécialiste !

Salariés, ces articles pourraient vous intéresser

Comprendre l’impôt sur le revenu pour mieux le réduire

Quelle fiscalité à la sortie pour l’épargne individuelle versée sur un Plan d’Epargne Retraite Individuel ?

Informations importantes

(1) Uniquement les sommes issues de versements volontaires, et après application de la fiscalité (impôt sur le revenu et prélèvements sociaux) en vigueur.
(2) Invalidité correspondant à un classement en 2ᵉ ou 3ᵉ catégorie.