Le point « marchés financiers » avec Aviva Investors France

Imprimer ce point "marchés financiers"

Quelle actualité sur les marchés en mai ?

En résumé…

Les actions ont vécu un mois de mai particulièrement agité, dominé en fin de période par les risques politiques en Italie et les nouvelles craintes de guerre commerciale. Si Wall Street affiche un bilan mensuel positif, la plupart des indices actions européens sont en baisse en raison de l’incertitude politique en Italie. La dette italienne a été malmenée, entraînant celle de l’Espagne. Les taux des emprunts d’État des Etats-Unis, de l’Allemagne et de la France, considérés comme des valeurs refuges, ont, eux, baissé. Sur le marché des changes, l’euro, contaminé par les doutes sur l’avenir de sa zone, a poursuivi sa baisse face au dollar.

Performances des principaux indices "actions"

à fin mai 2018

Actions Mois 2018
CAC 40 -1,05% +3,27%
Eurostoxx -1,50% +0,53%
S&P 500 en euro +5,66% +4,33%
MSCI World en euro +3,90% +3,00%

 Source : AIF au 31/05/2018, indices actions dividendes réinvestis / en euros
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

... et marchés par marchés

Après avoir résisté au cours des trois premières semaines du mois à deux principaux facteurs de risque, la lenteur des négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et le retrait de Washington de l’accord sur le programme nucléaire iranien, les indices actions européens sont brutalement repartis à la baisse du fait des tensions politiques italiennes. En toute fin de mois, les investisseurs européens ont néanmoins été rassurés par la perspective de la formation d’un gouvernement qui éloigne le risque de nouvelles élections législatives à l’issue incertaine. En revanche, ils ont sanctionné l’instauration par les Etats-Unis de tarifs douaniers sur l’acier en provenance de l’Union européenne, du Mexique et du Canada. Au final, les principaux indices européens affichent un bilan mensuel dans le rouge. Le CAC 40 a cédé du terrain en raison notamment de son exposition au secteur bancaire tandis que l’indice de la bourse allemande, le Dax, moins exposé aux valeurs financières, est proche de l’équilibre. Affectée par le risque politique, la Bourse italienne a accusé le plus net repli mensuel de la zone euro, emportant dans son sillage la Grèce et l’Espagne. Dans ce contexte, l’euro a abandonné plus de 3 % face au dollar en un mois.

Wall Street a également connu un parcours heurté en raison des tensions, commerciales et politiques. Le S&P 500, le Dow Jones et le Nasdaq, enregistrent toutefois un bilan nettement positif, soutenus par la bonne tenue des valeurs pétrolières dans le sillage des cours du brut, et par l’appétit continu des investisseurs pour les valeurs technologiques.

Le mois de mai fut difficile pour la Bourse japonaise, pénalisée par la hausse du yen. Les places asiatiques ont pour leur part souffert avec la montée des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, tandis que les places d’Amérique Latine ont sévèrement corrigé en raison de fortes turbulences en Argentine qui a demandé l'assistance du FMI pour tenter d'éviter une nouvelle crise financière.

Sur le marché obligataire européen, les difficultés de formation d’un gouvernement en Italie ont provoqué de fortes tensions sur les taux italiens, tensions qui se sont partiellement étendues aux taux espagnols et portugais. Fin mai, le taux à dix ans italien a ainsi dépassé, pour la première fois depuis 4 ans, le seuil des 3 % avant de retomber à 2,75 %. Les emprunts espagnols ont suivi cette hausse, portant le taux 10 ans à 1,47 % fin mai. Par comparaison, les taux à 10 ans allemands ont baissé de 0,22 % sur mai pour finir sous 0,4 %.
 

Quelles perspectives économiques pour Aviva Investors France ?

Le scénario d’Aviva Investors table sur une croissance du PIB mondial solide, proche, voire au-delà des 4 % en 2018, un rythme jamais atteint depuis 2011. L’environnement de croissance et d’inflation est en adéquation avec la fin progressive des politiques monétaires exceptionnelles menées ces dernières années. Aviva Investors table d’ailleurs sur un niveau d’inflation pour les pays développés à 2 % pour 2018.

  • Aux Etats Unis, la Réserve fédérale devrait, selon AIF, relever ses taux à un rythme encore plus rapide qu’anticipé du fait d’une croissance dépassant les attentes, de l’impulsion donnée par la politique fiscale et budgétaire, et des anticipations d’inflation au-dessus de 2 % en 2019.
  • Si l’enthousiasme sur la croissance de la zone euro s’est un peu tempéré ces dernières semaines, la dynamique devrait se maintenir au-dessus du potentiel cette année et en 2019.
  • Pour le Japon, une dynamique de croissance robuste est attendue sur 2018, qui pourrait atteindre +1,8 %. L’inflation devrait continuer de monter graduellement sans toutefois attendre les 2 % en 2019.
  • En Chine, leur scénario central se fonde sur la poursuite des réformes sans ralentissement brutal, avec un objectif de croissance proche de 6,5 %. La Chine aura une influence centrale sur l’évolution des marchés internationaux, particulièrement les marchés de matières premières

 

Quelles conséquences pour la gestion des portefeuilles d'AIF ?

 

trophee-european-funds-2018-a.pngLeurs gérants consacrent toujours une part significative de l’allocation en actions de leurs supports aux pays émergents et à la zone euro. Ils restent néanmoins sous-investis sur les actions italiennes, espagnoles et portugaises. En anticipation des élections italiennes, ils avaient par exemple réduit de moitié le poids des valeurs financières italiennes dans leurs supports. Cela n’aura néanmoins pas suffi à compenser l’ampleur de la baisse sur les valeurs bancaires européennes, globalement affectées par le repli des marchés. Ils restent néanmoins optimistes pour la suite, les fondamentaux économiques restant solides en zone euro ainsi que les résultats des entreprises dont les discours ne font pas apparaître de signes annonciateurs de ralentissement. .

De même, ils restent positifs sur les actions des marchés émergents, qui tirent profit de la reprise économique mondiale, dans un contexte de ralentissement maîtrisé de la croissance chinoise. Les perspectives de croissance des résultats ainsi que les niveaux de valorisation leur semblent favorables.

Ils conservent leur confiance dans les actions japonaises qui bénéficient de la stabilité politique, du dynamisme du tourisme et de la solidité de la croissance des résultats des entreprises.

Intégrant l’impact positif de la réforme fiscale, ils sont sélectifs sur les actions américaines, privilégiant notamment les valeurs financières, la technologie, l’énergie et évitant les valeurs de consommation courante.

Enfin, ils restent à l’écart des actions britanniques en raison du Brexit, et des actions suisses, dont la valorisation leur paraît trop élevée.
Pour la part obligataire des supports, les gérants d’AIF se sont montrés prudents depuis le début de l’année sur la dette d’Etat italienne. Sur les autres pays périphériques, ils restent positifs sur l’Espagne, et dans une moindre mesure du Portugal.

 

 

En un clin d'oeilperspectives-mai2018.PNG

Source : Aviva Investors France au 31/05/2018

 

 Les unités de compte ne présentent pas de garantie en capital. La valeur des supports en unités de compte, qui reflète la valeur d’actifs sous-jacents, n’est pas garantie mais est sujette à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers.

Les Documents d'Information Clé pour l'Investisseur visés par l'autorité des Marchés financiers ou documents présentant les caractéristiques principales des supports en unités de compte sont disponibles sur le site internet www.aviva.fr

Cette analyse des marchés financiers est établie le 30 avril 2018 par Aviva Investors France, société de gestion de portefeuille de droit français agréée par l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) sous le n° GP 97-114, Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 17 793 700 euros, dont le siège social est sis 14 rue Roquépine, 75008 Paris, immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le numéro 335 133 229. Il ne saurait être assimilé à une activité de démarchage, à une quelconque offre de valeur mobilière ou instrument financier que ce soit ou de recommandation d’en acheter ou d’en vendre. Il contient des éléments d’information et des données chiffrées qu’Aviva Investors France considère comme fondés ou exacts au jour de leur établissement. Pour ceux de ces éléments qui proviennent de sources d’information externes, leur exactitude ne saurait être garantie. Aviva Investors France décline toute responsabilité quant à d’éventuels dommages ou pertes résultant de l’utilisation en tout ou partie des éléments figurant dans ce document. Les analyses présentées reposent sur des hypothèses et des anticipations d’Aviva Investors France, faites au moment de la rédaction du document qui peuvent être totalement ou partiellement non réalisées sur les marchés. Elles ne constituent pas un engagement de rentabilité et sont susceptibles d’être modifiées. La valeur d'un investissement sur les marchés peut fluctuer à la hausse comme à la baisse, et peut varier en raison des variations des taux de change.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.