L’épargne retraite, un sujet d’avenir

Epargner pour sa retraite, c’est investir dans son futur. Face à des pensions de moins en moins avantageuses et une durée de vie qui s’allonge, une retraite bien préparée est la meilleure des solutions.

Que restera-t-il de nos retraites ?

Le système français de retraite par répartition repose sur l’équilibre entre le nombre de personnes qui reçoivent une pension par ces organismes. Or, l’évolution démographique de notre pays fait croître le nombre de bénéficiaires plus vite que le nombre de cotisants. Selon le Conseil d’orientation des retraites (COR), le rapport entre le nombre d’actifs et le nombre de retraités va passer de 1,7 à 1,3 d’ici à 2070. Et la majeure partie de cette chute devrait s’observer au cours des vingt prochaines années.

Une baisse inexorable du taux de remplacement

Toujours selon les projections du COR, le rapport entre la pension moyenne de l’ensemble des retraités et le revenu d’activité moyen va ainsi passer de 50,8% à 36,9% en 2070, dans le meilleur des scénarios. Dans le pire, le ratio tomberait à 32,2%... Le taux de remplacement, à savoir la différence entre le dernier revenu d’activité et la première pension, a donc toutes les chances de baisser pour une grande partie des futurs retraités, et tout particulièrement pour les cadres et les professions indépendantes.

Ces projections rendent la préparation de la retraite, notamment par l’épargne, indispensable. Garder un bon niveau de revenus lors de cette période offre la possibilité de multiplier les projets, les activités, les voyages, d’effectuer des donations à ses enfants, ses petits-enfants, et de s’assurer, aussi, les moyens de finir sa vie dans les meilleures conditions.

Plusieurs options pour les futurs retraités

Nous avons tout intérêt à nous pencher le plus tôt possible sur les façons de financer au mieux notre retraite et lisser notre effort d’épargne dans le temps. Être propriétaire de sa résidence principale est un bon début, car cet investissement permet de ne pas avoir à supporter des mensualités de crédit ou des loyers quand les revenus chutent. Ensuite, plusieurs options s’offrent aux épargnants : l’assurance vie, les placements spécifiques à la retraite comme le PERIN (Plan Epargne Retraite Individuel) et l’investissement locatif. Ce dernier, qui demeure un réflexe pour beaucoup d’épargnants, comporte toutefois des fortes contraintes : coût d’entrée important, charges, vacance locative, travaux, entretien, liquidité du bien… voire gestion des locataires.

L’assurance vie présente l’avantage de la souplesse. L’épargne reste disponible à tout moment et peut être utilisée en cas de besoin urgent de trésorerie. De surcroît, au bout de huit ans de détention d’un contrat, les gains réalisés profitent d’une fiscalité très avantageuse. L’assurance vie bénéficie également d’un avantage fiscal au moment de la succession, ce qui ajoute encore une corde à son arc.

Le plan d’épargne retraite individuel, ou PERIN, présente également un grand nombre d’atouts complémentaires. Les sommes versées sur un PERIN peuvent être déduites des revenus imposables, ce qui en fait un produit particulièrement adapté aux personnes ayant un taux d’imposition élevé. En adoptant un système de versements mensuels, le PERIN permet un effort d’épargne régulier et constant. Enfin, il présente l’avantage d’engager le futur retraité dans une démarche de long terme puisque son épargne sera « sanctuarisée » jusqu’à son arrête d’activité, avec la possibilité de sortie en rente ou en capital. Plusieurs situations (décès du conjoint ou du partenaire de PACS, invalidité 2e ou 3e catégorie, surendettement, fin de droits au chômage) permettent toutefois de débloquer les sommes de façon anticipée. L’épargne issue des versements volontaires et de l’épargne salariale peut même être débloquée par anticipation pour l’acquisition de la résidence principale.

Le long terme, une force pour les épargnants

Commencer à épargner tôt présente d’autres vertus. Un placement long permet d’opter pour des investissements plus dynamiques avec donc de meilleures perspectives de performance. Investir de façon régulière sur une longue durée lisse mécaniquement les points d’entrée sur les marchés financiers, ce qui favorise les investissements à plus fort potentiel de rendement, en contrepartie d’une certaine prise de risque.

Miser sur le temps long offre également une latitude plus importante pour aller vers des placements qui ont du sens, sans pour autant nuire à la performance de son investissement. L’épargnant peut ainsi choisir d’investir dans les PME françaises créatrices d’emplois, les énergies renouvelables ou encore le domaine de la santé. Ces thématiques, d’avenir, appellent par essence des investissements durables.

La durée permet également, après une phase d’investissement dynamique, d’opter pour un mécanisme de sécurisation de l’épargne à l’approche de la retraite, en passant progressivement à une épargne sécurisée pour les dernières années. Comme souvent en matière de finances, le meilleur conseil à donner reste celui de répartir son épargne entre les différents produits et types de placement.

Une épargne retraite individuelle et une assurance vie ont aussi l’avantage de pouvoir être transmises à (aux) bénéficiaire(s) désigné(s) par leur titulaire ou au descendant, si elles ne sont pas utilisées. L’épargne ne disparaîtra pas avec son titulaire, à la différence des droits à la retraite…

Ce cap symbolique du million de PERIN ouverts sera bientôt atteint*, un succès grandissant, preuve que la préparation de la retraite est un sujet d’avenir.

Si vous aussi, vous vous posez des questions sur votre avenir en tant que futur retraité, pensez à prendre rendez-vous au plus tôt avec votre conseiller Aviva habituel, il vous aidera à faire le point.


* données FFA à fin mars 2021

Document non contractuel d’information générale à jour le 01/062021

Contacter un agent