La performance des supports en euros baisse : explications

A fin 2020, 1 789 milliards ont été placés par les français sur des contrats d’assurance vie ; c’est la solution d’épargne préféré des français. Friands de sécurité, ils ont majoritairement choisi les supports en euros (ou fonds en euros) proposés au sein de leur contrat pour faire fructifier cet argent. Or, 80% de ces fonds en euros sont investis en obligations, de la dette d’Etats et d’entreprises. Ainsi, lorsque les obligations en portefeuille arrivent à leur terme et que les gérants sont amenés à en acquérir de nouvelles, celles-ci sont beaucoup moins rémunératrices et grèvent le rendement futur des supports en euros. Du coup, beaucoup d’acteurs ont annoncé logiquement un net recul de leurs performances en 2020, le taux moyen de rémunération s’élevant à 1,16% en 2020*. Philippe Taffin, directeur des investissements d’Aviva, apporte son éclairage sur les raisons qui expliquent ce mouvement de baisse. L’idée est de vous aider à vous poser les bonnes questions sur le juste équilibre entre sécurité et performance attendue. L’investissement sur des supports en unités de compte** permet en effet de chercher à profiter du potentiel des marchés financiers, mais présente un risque de perte en capital.
 

 

Philippe Taffin répond aux questions suivantes :

  1. Faut-il encore épargner sur un support en euros ?
  2. La baisse des rendements des supports en euros va-t-elle continuer ?
  3. Quelles sont les solutions à cette situation ?
  4. Est-ce le bon moment de changer son allocation d’actifs ?
  5. Votre dernier conseil ?

 

* Source : Profideo
** L’investissement sur des supports en unités de compte présente un risque de perte en capital. Il n’est pas garanti, mais est sujet à des fluctuations, à la hausse ou à la baisse, dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers.

Document non contractuel d’information générale à jour le 28/06/2021

Contacter un agent