Echauffement des fourrages : comment diminuer les risques d’incendie ?

Vous êtes polyculteur ou éleveur et vous stockez une grande quantité de fourrages ? Sachez que de mauvaises conditions de séchage, une humidité élevée, un tassement excessif ou encore une aération insuffisante peuvent entraîner une sur-fermentation et déclencher à terme un incendie. Pour limiter les risques dans votre exploitation agricole, voici quelques conseils de prévention et bonnes pratiques à appliquer dans le cadre de votre activité.

Mieux comprendre le mécanisme de fermentation et d’échauffement des fourrages

Les fourrages stockés encore humides peuvent fermenter. Outre la dépréciation de leur qualité nutritive, ce processus de combustion lente entraîne à l’intérieur des balles un accroissement important de la température. Cette sur-fermentation, qui peut s’étaler sur plusieurs semaines, peut déclencher un incendie : c’est l’auto-inflammation.


Le saviez-vous ?

L’échauffement des fourrages compte parmi les premières causes d’incendie dans l’activité agricole en particulier lors des années pluvieuses où la récolte ne se fait pas dans de bonnes conditions de taux d’humidité.

 

Les moyens de prévention à respecter pour éviter l’échauffement des fourrages

  • Sur le champ, lors du fauchage :
    Effectuez de préférence la fauche au moment où la météo annonce au moins deux jours de beau temps et une perspective correcte au-delà de ces deux jours. Assurez un séchage rapide et homogène : le foin coupé doit rester au moins 3 jours par temps sec en plein air pour atteindre un taux d’humidité de 15% à 20% avant d’être mis en balles.
  • Lors de l’engrangement :
    Avant de rentrer vos fourrages, assurez-vous que le foin soit bien sec. En effet, moins de 4 semaines après séchage aux champs, on risque de voir apparaître une reprise de fermentation et donc d’incendie.
    Selon le temps de séchage des balles (rapide ou lent), il est recommandé de laisser les brins ressuer plusieurs jours (de 2 jours à une semaine) et de contrôler leur température avant de les rentrer.
  • Le stockage dans vos bâtiments :
    Veillez à choisir pour l’entreposage de vos fourrages un bâtiment avec une configuration « idéale », à savoir, un bâtiment bien aéré et ventilé et si possible, sans alimentation électrique.
    Préférez également un bâtiment séparé d’autres sources potentielles d’incendie (éloigné notamment du stockage des automoteurs) mais non isolé et équipé d’un robinet d’incendie armé (RIA), plus efficace qu’un extincteur car il garantit une quantité d’eau plus importante.
    Le conditionnement de vos balles (carrées ou rondes) joue également un rôle important pour limiter le risque d’échauffement. Préférez des balles rondes moins denses et évitez de trop les serrer entre elles.
    Contrôlez l’étanchéité de la toiture et aménagez un espace de manœuvre suffisant autour des tas et des bâtiments à fourrage.
  • La surveillance du stockage :
    Pour éviter tout incident dans votre exploitation agricole, il faut surveiller constamment votre stock et apprendre à reconnaître les signes annonciateurs d’un échauffement.

Pensez à vous équiper de thermosondes !

  • Sur l’ensemble du stockage, utilisez régulièrement des thermosondes à fourrage standards ou des systèmes plus élaborés avec transmission d’alerte (sondes Haytech). Insérez les sondes au cœur des bottes pour vérifier leur température.
    Vous notez un dégagement de vapeur, une odeur de « roussi », une température supérieure à 55°C alors il y a un danger imminent d’incendie !

Conseils d’utilisation de la sonde à fourrage

  • Si la température des balles est trop élevée, le risque d’incendie est total et peut survenir rapidement. Contactez sans tarder les pompiers et sortez en leur présence les balles à l’air libre.

N’hésitez pas à contacter votre agent général Aviva ! Il pourra vous conseiller et vous aider à vous équiper à des tarifs préférentiels pour protéger votre activité !

Document non contractuel à caractère publicitaire à jour le 07/02/2020

Contacter un agent