Testament, mode d’emploi pour bien le rédiger

Divorce, vie en concubinage, enfants de différents lits… l’évolution des modes de vie complique parfois la succession. Pour éviter des conflits familiaux suite à votre décès et  prévoir la répartition de vos biens selon vos souhaits, penser à rédiger  un testament.

Le testament est un acte juridique qui vous permet de désigner les bénéficiaires de vos biens après votre décès et prévoir leur répartition. Vous pouvez l’utiliser pour avantager l’un de vos enfants, transmettre à une personne hors de votre famille, etc. Une seule limite : respecter les droits de vos héritiers réservataires, qui doivent recevoir la part de votre succession que la loi leur réserve. Sans testament, votre patrimoine sera partagé selon les règles prévues par la loi.

Testament olographe ou authentique ?

Pour rédiger votre testament, vous avez notamment  le choix entre :

  • le testament olographe, qui doit être rédigé, daté et signé de la main du testateur et conservé dans un endroit sûr, notamment pour ne pas être détruit ou perdu.
  • le testament authentique, qui s’effectue devant deux notaires ou un notaire et deux témoins. Vous dictez vos volontés et signez l'acte après lecture.

S'il est payant, le testament authentique a l’avantage de vous faire bénéficier des conseils du notaire, qui veillera à la légalité de vos dispositions. Votre notaire vous aidera également à rédiger une clause sur-mesure, adaptée à votre situation familiale et patrimoniale. Il sera le garant du respect de vos volontés.

Le testament peut aussi être utilisé  pour désigner les bénéficiaires de votre assurance-vie. Vous pourrez ainsi les tenir secrets et en changer les noms facilement.
Lors de l’ouverture de votre succession, votre (vos) contrat(s) d’assurance vie ne pourra (pourront) pas être oublié(s) et tomber en déshérence. N’oubliez cependant pas d’informer votre assureur que vos bénéficiaires sont désignés « selon dispositions testamentaires déposées auprès de Maître X, notaire à … ».

Haut de page