L’assurance décès : comment ça marche ?

Vous souhaitez laisser un capital à vos proches à votre décès, l’assurance décès vous offre cette possibilité. Vos bénéficiaires utilisent cet argent selon leurs besoins, que ce soit pour faire face aux dépenses liées à votre décès ou au règlement des droits de succession.

Assurance décès : un capital défini dès le départ

L’assurance décès présente la particularité de transmettre à vos proches, le capital dont vous choisissez vous-même le montant au moment de votre souscription. Par ailleurs, un contrat d’assurance décès propose régulièrement de verser aux bénéficiaires, en cas de décès suite à un accident, un capital supérieur à celui proposé en cas de décès non accidentel.

Le montant de la cotisation à payer, est calculé en fonction de votre âge à la souscription et du montant de capital choisi.

Une liberté de choix pour vous et vos bénéficiaires

Vous pouvez indiquer les personnes de votre choix, comme bénéficiaires de votre contrat : votre conjoint, vos enfants, votre frère, votre sœur, votre neveu, votre nièce ou même une personne extérieure à votre famille. Aucun lien de parenté n’est nécessaire.

Votre bénéficiaire peut utiliser à sa convenance la somme qui lui est versée, à la différence d’une assurance obsèques où les capitaux doivent être affectés nécessairement au paiement de vos obsèques.

Ce qu’il se passe en cas de décès

En cas de décès et en dehors des exclusions légales, votre assureur verse les capitaux définis à la ou les personnes désignées comme bénéficiaires au contrat. Ce montant prend généralement la forme d’un capital mais peut parfois aussi être libéré en rente.

Si le décès est causé par un accident, le capital réglé à vos bénéficiaires peut être multiplié par deux ou trois, parfois plus. En cas de décès par maladie, un délai de carence peut s’appliquer selon les cas.

Enfin, sachez que les capitaux payés à votre bénéficiaire ne sont pas soumis aux droits de succession, dans les conditions et limites prévues par la législation, puisqu’ils bénéficient du régime spécifique à l’assurance vie.

Les points de vigilance avant de signer

  • Vérifiez la liste des risques couverts et les exclusions. Certaines causes de décès peuvent ne pas être garanties comme le suicide de l’assuré pendant la première année du contrat ou encore les accidents liés à l’état d’ivresse.
  • Vérifiez bien la période de validité du contrat. En effet, certaines assurances décès sont dites « temporaires ». Cela signifie qu’il existe une durée de validité au contrat, avec une date de fin mentionnée, souvent en rapport avec l’âge de l’assuré. Pour ces contrats, aucun capital n’est versé en cas de décès survenu après cette période de validité. Les assurances décès qui transmettent un capital quel que soit le moment où le décès survient sont dites « assurance décès vie entière », comme cela est le cas pour l’assurance décès Plan Longue Vie d’Aviva.
  • Renseignez-vous sur le moment à partir duquel les garanties de votre contrat prennent effet. Un délai de carence de deux ans peut être prévu avant que vous ne soyez couvert en cas de décès par maladie par exemple. En revanche, si le décès intervient à la suite d’un accident, vous êtes généralement couvert immédiatement.
  • Prêtez une attention toute particulière à la clause bénéficiaire. Elle doit indiquer précisément les nom, prénom, date et lieu de naissance du bénéficiaire du contrat ainsi que son adresse. Cela permet à l’assureur de le joindre plus facilement pour lui verser les capitaux. Evitez la désignation par sa qualité, comme par exemple « mon conjoint », sujette à confusion et pensez à mettre à jour ces informations dès que nécessaire, si l’un de vos bénéficiaires se marie, divorce ou déménage.

 


Les principaux avantages de l’assurance décès Plan Longue Vie d’Aviva

  • Le Plan Longue Vie d’Aviva* est une assurance décès vie entière. Vous pouvez la souscrire entre 40 et 82 ans, sans questionnaire de santé ni examen médical.
  • Vous choisissez le montant du capital garanti, de 2 000 à 20 000 euros. Un montant de cotisation vous est proposé en fonction de votre âge au moment de la souscription.

Vos cotisations restent fixes et n’augmentent pas avec l’âge ou en fonction de l’évolution de votre état de santé.

  • Si le décès survient dans les deux premières années d’assurance par suite de maladie, le capital versé aux bénéficiaires correspond aux cotisations réglées.
  • Si le décès survient à la suite d’un accident avant le 85e anniversaire, le capital est multiplié par cinq.
  • Vos cotisations ne sont pas à fonds perdus. Si vous décidez un jour d’arrêter les versements, deux options s’offrent à vous : rester assuré pour un capital réduit ou récupérer une valeur de rachat**.
     

 

Vous avez une question ? Nos conseillers sont à votre disposition pour répondre à vos interrogations.

Découvrir l’assurance décès Plan Longue Vie d’Aviva

* Le détail des garanties y compris les exclusions figurent dans les Conditions Générales valant note d’information disponible sur simple demande.
** Conformément à la réglementation, nous constituons pour chaque contrat une provision, égale à la différence entre notre engagement de verser le capital garanti en cas de décès et votre engagement de payer vos cotisations. Cette provision varie en fonction de votre âge à la souscription, du montant de votre capital garanti ainsi que du nombre de primes payées depuis la signature du contrat. Elle est inférieure au cumul des cotisations versées.
Cette provision constitue une valeur de rachat, sachant que des frais de sortie de 5%, sont appliqués en cas de rachat effectué au cours des 10 premières années suivant la date d’effet du contrat.

Comment s’assurer en cas d’annulation des vacances ?

À la veille de vos vacances, c’est le scénario que l’on ne souhaite surtout ...

La CMU et la CMU-C, leur fonctionnement

Ne confondez pas CMU de base et CMU complémentaire La C.M.U de base est ...

Perte d’autonomie : vivre à domicile et protéger ses proches

Avec l’espérance de vie qui s’allonge, le nombre de personnes confrontées ...