Canicule, forte chaleur, sécheresse : le rôle de votre multirisque habitation

Canicule, forte chaleur, sécheresse… des aléas climatiques qui peuvent avoir un impact sur votre santé mais aussi causer de graves dommages aux murs et fondations de votre maison. Nos conseils pour mieux se protéger et savoir réagir en cas de dommages.

Comment se protéger et préserver autrui en cas de sécheresse ?

Les épisodes de canicule et de sécheresse se multiplient même sous nos latitudes. Dans ces périodes où les corps sont mis à rude épreuve, certains réflexes peuvent vous aider à mieux supporter les fortes chaleurs :

  • fermez vos volets aux heures les plus chaudes,
  • posez un linge humide devant les fenêtres,
  • portez des vêtements amples et en fibres naturelles,
  • adaptez votre alimentation en mangeant des fruits et légumes qui contiennent naturellement beaucoup d’eau.

Pensez aussi à adopter un comportement civique et citoyen :

  • prenez des nouvelles des personnes âgées isolées de votre entourage, et proposez-leur de leur rendre service (courses, ménage etc.),
  • évitez de laver votre voiture ou d’arroser votre pelouse.

La garantie catastrophe naturelle de votre contrat multirisque habitation

En plus d’impacter votre environnement et votre santé, la canicule et la sécheresse peuvent aussi être responsables de graves dommages sur vos bâtiments. Sous les mouvements de terrain, les murs et les fondations de votre maison se fissurent. Pour être indemnisé par votre multirisque habitation, la commune où vous habitez devra être déclarée en état de catastrophe naturelle par un arrêté ministériel publié au Journal Officiel.
Dans une telle situation, vous serez alors indemnisé pour :

  • les dommages matériels directs à vos bâtiments,
  • les frais d’études géotechniques nécessaires à la remise en état de vos biens garantis,
  • les fondations et murs de soutènement de votre maison,
  • les murs de vos clôtures.

Votre garantie catastrophe naturelle ne prend pas en charge :

  • vos frais de déplacement et de relogement si vous ne pouvez plus habiter votre maison,
  • la perte de loyers si vous louiez l’habitation endommagée,
  • les frais d’études géotechniques pour justifier ou instruire la procédure aboutissant à la constatation de l’état de catastrophe naturelle,
  • vos arbres et plantations.

Quelles sont les règles à respecter pour être bien indemnisé ?

Pour être indemnisé, vous devrez effectuer les démarches suivantes :

  • déclarer les dommages à votre assureur dès que possible et, au plus tard, dans les 10 jours suivant la parution de l’arrêté interministériel au Journal Officiel,
  • transmettre dès que possible un état estimatif des pertes avec un maximum de preuves à l’appui comme des factures et des photos.

Ensuite, un expert viendra constater et évaluer sur place les dégâts pour permettre à votre assureur de déterminer les dommages subis et vous proposer une indemnité. Sauf cas de force majeure, votre assureur doit vous verser une indemnisation dans un délai de 3 mois à compter :

  • de la date de remise de l’état estimatif complet des dommages et pertes subis,
  • de la date de publication de l’arrêté interministériel si elle est plus tardive.

Notre contrat d’assurance habitation inclut la garantie « catastrophes naturelles ».

Découvrir notre Assurance Habitation

Aviva pour la prévention : l'étouffement & les bons réflexes

Bien que l’étouffement soit plus fréquent chez l'enfant ou la personne ...

Dégâts des eaux entre voisins : comment bien réagir ?

Une tâche sur le plafond, des gouttes qui ruissellent le long des canalisations, ...

Que faire en cas d'inondation ?

Que faire en cas d'inondation ? Première réaction Suivez les consignes ...