Immobilisation d’un véhicule : comment le redémarrer en toute sécurité ?

Vacances, absence prolongée… Il arrive que nos véhicules se retrouvent longtemps à l’arrêt. Voici quelques préconisations techniques pour préparer votre véhicule à une immobilisation, et le redémarrer en toute sécurité.

Votre véhicule immobilisé reprend du service ? Quelques contrôles et manipulations s’imposent pour vous assurer qu’il est en bonne condition après un long moment sans rouler. En effet, votre véhicule s’abîme même lorsque vous ne vous en servez pas ! Nos conseils pour en prendre soin.

Avant le démarrage : les vérifications à effectuer sur votre véhicule

Avant de reprendre la route, quelques vérifications sont de mise.

  • Commencez par contrôler les niveaux à froid : huile, liquide de refroidissement, lave-glace, liquide de frein, embrayage... Assurez-vous que les niveaux sont corrects et qu’il n’y a aucune fuite. Si l’immobilisation a duré plus d’un an, il est conseillé de changer tous les liquides. L’occasion de vérifier qu’il n’y a pas de rongeurs installés sous le capot (chose fréquente lorsqu’un véhicule n’a pas bougé depuis un certain temps).
     
  • Vérifiez la pression des pneus :  ajoutez +0,3 à +0,5 bar, selon les préconisations du constructeur.
     
  • Rebranchez la batterie :  inspectez sa charge et remplacez-la si nécessaire.
     
  • Déconnectez tous les consommateurs électriques :  système start and stop, climatisation, phares automatiques, essuie-glace automatique, pour éviter de trop solliciter la batterie au démarrage.

Après le démarrage : la prudence toujours de mise

Au moment de démarrer votre véhicule après une immobilisation, laissez-le tourner au ralenti quelques minutes  afin de détecter toute anomalie. Vérifiez que le frein à main, la pédale de frein ou l'embrayage fonctionnent correctement et ne présentent aucun signe de résistance anormale. Puis, procédez à un contrôle des différents voyants, éclairages, rétroviseurs, électronique, etc.

Si possible, faites rouler prudemment votre véhicule plutôt que de le laisser tourner au ralenti trop longtemps.
 


Bon à savoir :
pour les véhicules immobilisés qui n’ont quasiment pas d’électronique, il est recommandé de débrancher la borne négative
de la batterie (à condition de ne pas avoir de code à reprogrammer : code de la radio, code de la clé main libre, etc).


Quelques conseils pour préparer son véhicule à une immobilisation

  • Débranchez votre batterie pour éviter qu’elle ne se décharge. Il est recommandé de démarrer votre véhicule au moins une fois par semaine pendant 30 minutes environ, et d’utiliser des consommateurs (phares, climatisation, radio, etc.) pour recharger la batterie. Si l’immobilisation dure un mois ou plus, mieux vaut démonter votre batterie et l’entreposer.
     
  • Desserrez le frein à main (manuel ou électrique), puis passez la marche arrière ou la première vitesse. Sans cela, après une longue période sans rouler, le câble d’embrayage risque de se gripper et un dépôt de rouille pourrait apparaître sur les disques et les plaquettes de frein.
     
  • Pensez à faire le plein. Un réservoir vide génère une condensation sur les parois, néfaste pour les injections modernes. De plus, des poussières pourraient s’accumuler au fond du réservoir jusqu’à former une couche de saleté, qui endommagerait votre véhicule lors du redémarrage.
     
  • Évitez de garer votre véhicule à l’extérieur pour le protéger de la poussière, de l’humidité et du froid. Si vous n’avez pas de garage, optez pour une housse de protection, qui abritera votre auto du soleil en période estivale. Et si votre voiture est garée sous des arbres trop longtemps, attention aux feuilles qui tomberont sur la baie de pare-brise (l'encadrement formé par les montants de la carrosserie autour du pare-brise). Le risque ? Boucher les évacuations d’eau de pluie qui peut faire déborder cette eau dans le compartiment moteur.
     
  • Aérez le véhicule en laissant les fenêtres légèrement ouvertes. Cela évite que l’humidité ne s’accumule, ce qui favorise la moisissure.
     
  • Décollez régulièrement les essuies-glaces du pare-brise, sinon le caoutchouc risque de sécher et se déchirer. L’idéal est de les humidifier, surtout si le véhicule est entreposé à l’extérieur, exposé au soleil.

Pour éviter toute mauvaise surprise au démarrage, pensez à appliquer ces mesures préventives. Après une longue immobilisation de votre véhicule, ce dernier vous remerciera. Bonne route !


Sources : L’Internaute, mars 2020. Auto-Plus, mars 2020. Avatacar, février 2020.

Document non contractuel d’information générale à jour le 13/05/2020

Nos conseils pour jardiner en toute sécurité

Les beaux jours reviennent et votre jardin va avoir besoin d’un entretien ...

Bailleur et locataire : quelle assurance pour un bien meublé ?

La loi ALUR est venue modifier les règles d’assurance pour les locations ...

Inondation, orage, pluie violente : rester en sécurité et être bien indemnisé

Fortes pluies, orages violents, inondations soudaines… Pour rester en sécurité ...