Devis assurance habitation en ligne : suivez le guide !

Les devis en ligne nous simplifient la vie ! Pourtant, l’exercice peut vite tourner au cauchemar si on ne dispose pas, à portée de main, des bonnes informations. En matière d’assurance habitation, il est nécessaire de fournir à votre assureur des informations précises afin que votre contrat s’adapte à vos besoins et protège au mieux votre logement. Avec notre guide sur le devis assurance habitation en ligne, protéger votre patrimoine devient plus simple, quels que soient votre situation et votre profil ! Nous vous aidons à répondre, étape par étape, aux questions du formulaire.

Quel est votre type de logement ?

Maison individuelle, appartement, votre futur assureur doit connaître la nature de votre logement et l’étage auquel il est situé.

Notez quand même que lorsque vous êtes propriétaire ou locataire d’un triplex (composé d’un rez-de-chaussée, d’un 1er étage et d’un 2e étage), il faut retenir l’étage où se trouve la porte d’entrée. S’il y a des portes d’entrée à plusieurs étages, il faut indiquer l’étage le plus bas.

Bon à savoir : Si vous occupez un appartement situé dans une maison, il faut indiquer le bien en tant qu’appartement lors de votre devis d’assurance habitation en ligne.

Au cours des 36 derniers mois, avez-vous été résilié par une compagnie d'assurance pour votre contrat habitation ?

Si, au cours des trois dernières années, votre précédente compagnie d’assurance a résilié votre contrat pour non-paiement de la prime ou si vous avez été résilié à la suite d’un nombre trop conséquent de sinistres survenus, vous devez le signaler.

Par ailleurs, si au cours des 36 derniers mois, vous avez déclaré un ou plusieurs sinistres habitation, il faudra pour chacun d’entre eux renseigner la nature et la date de survenance.

Notre conseil
Jouez la transparence car votre nouvel assureur peut interroger votre précédente compagnie d’assurance et une fausse déclaration pourrait vous déchoir de vos droits.

Résidence principale ou résidence secondaire ?

Il est nécessaire de notifier à son assureur l’usage du logement. Il s’agit d’une résidence principale si vous l’occupez de façon habituelle et d’une résidence secondaire lorsque celle-ci est occupée pour les week-ends, les loisirs et les vacances.

Vous êtes locataire, occupant à titre gratuit, ce qu’il faut savoir

Si vous sélectionnez « colocataire », vous indiquez que vous agissez tant pour votre compte que pour celui des autres colocataires désignés. Dans ce cas, il faudra souscrire un seul contrat d’assurance habitation pour tous les colocataires qui partagent le logement. Il sera alors nécessaire de fournir à votre assureur un bail établi au nom de tous les colocataires, signé avec le propriétaire.

Dans le cas où vous jouissez d’un bien à titre gratuit, vous êtes considéré comme un locataire, même si vous ne payez pas de loyer. A ce titre, vous êtes responsable des dommages pouvant être causés au logement ou aux tiers.

Quelle est la superficie de votre appartement ?

Alors que pour les maisons, la superficie précise n’est pas demandée, elle doit être indiquée pour les appartements.

Le cas d’un appartement

La loi Carrez pose un principe simple : seuls les pièces et les locaux dont la hauteur sous plafond est supérieure à 1,80 m doivent être pris en compte. Pour vous aider, vous pouvez vous référer à l’acte de vente ou au bail de location qui mentionne obligatoirement la surface habitable.

Les autres pièces comme une loggia par exemple, peu importe leur surface, doivent être également prises en compte si elles sont situées dans une surface privative (et non dans une partie commune à usage privatif), et si elles sont closes et couvertes. Si vous disposez également d’une chambre de service, il faudra additionner sa surface au sol à la superficie de l’appartement.

N’entrent pas dans le calcul de la superficie :

  • la surface des zones mansardées où la hauteur sous plafond est inférieure à 1,80 m,
  • la terrasse et le balcon,
  • les caves, parkings, box et garages.

Le cas d’une maison

La superficie à prendre en compte est la superficie développée, c'est-à-dire la surface au sol, murs compris. Doivent être prises en compte dans le calcul les surfaces du rez-de-chaussée et de chaque étage, même mansardées. Dans le cas de combles et greniers (utilisables ou non), de sous-sols et caves (enterrés ou non) non aménagés, il faut déclarer la moitié des surfaces réelles.

Bon à savoir : Que vous déclariez un appartement ou une maison, une marge d’erreur inférieure ou égale à 10% est admise.

Comment calculer le nombre de pièces ?

Il est nécessaire d’identifier précisément le nombre de pièces principales ou de « pièces à vivre » pour calculer le risque.

C’est quoi une pièce principale ou à vivre ? Toute pièce de plus de 7 m², à usage d’habitation ou aménagée à usage d’habitation. Et, si votre bien est composé de plusieurs bâtiments à usage d’habitation, il faut additionner les pièces de tous les bâtiments.

Indiquez le nombre de chambres, salons, salles à manger, salles de séjour. Lorsque la surface d’une pièce principale est supérieure à 40 m², celle-ci est comptée pour 2 pièces.

Si vous disposez d’autres espaces que ceux cités de plus de 7 m², comme un dressing par exemple, indiquez-le.

Quelles sont les pièces à ne pas prendre à compte ?

  • Cuisine, salle d’eau, salle de bains, WC, entrées, dégagements, couloirs, débarras, celliers, buanderies, lingeries, garages, caves et sous-sols non aménagés.
  • Les greniers et les combles non aménagés, les garages communiquant avec l’habitation, les caves ne comptent pas comme des pièces.
  • La cuisine n’étant pas considérée comme une pièce principale, si vous disposez d’une cuisine américaine, elle n’est pas à prendre en compte dans la superficie de la pièce. Il faut donc soustraire sa surface à celle de la surface de la pièce totale.

Si votre habitation comporte plus de 12 pièces, contactez un de nos agents.

Notre conseil
Il est important de déclarer l’ajout d’une nouvelle pièce à vivre ou le changement de destination d’une pièce, par exemple si le garage est transformé en bureau. Dans le cas d’un simple oubli de votre part, l’indemnité sera uniquement réduite.

Avez-vous des dépendances ?

Une dépendance n’a aucun lien de communication direct avec la partie habitable du logement assuré. Elle n’a pas non plus vocation à avoir un usage d’habitation ou professionnel.

Pour les appartements

Il s’agit des garages, caves et box situés à la même adresse.

Bon à savoir : Une place de parking n’est pas considérée comme un garage. Pour assurer une place de parking, il faut se référer au règlement de copropriété.

Pour une maison

Il s’agit des bâtiments ou parties de bâtiment, séparés ou sous une même toiture, sans communication directe avec la partie habitable du logement, à l’exception des sous-sols. Un abri ou atelier dans le jardin, garages, hangar, granges, écuries, caves et box situés à la même adresse sont considérés comme dépendances.

Et pour les dépendances qui ne sont pas situées à la même adresse ?

Si vous avez des locaux à usage autre que professionnel ou d’habitation, tels que garage, cave ou box situés à une adresse différente du logement assuré, vous pouvez les assurer également sur votre contrat d’assurance habitation. Dès lors qu’ils sont clos et couverts et équipés d’un système de fermeture à clé (pas de cadenas), ils peuvent être assurés sur le même contrat que votre habitation.

Quant aux terrains ni contigus à l’habitation, ni situés à la même adresse que celle-ci, et non exploités professionnellement, ils peuvent également être couverts sur votre contrat d’assurance habitation, mais uniquement en Responsabilité Civile.

Attention : les dépendances sont garanties si elles ont été déclarées à la souscription du contrat d’assurance habitation et si elles sont mentionnées aux Conditions Particulières. Si, en cours de contrat, une dépendance est construite et si vous avez oublié de la déclarer ne paniquez pas car Aviva garantit cette dépendance dès lors que sa superficie est inférieure à 20 m2.

Quels éléments complètent votre habitation ?

Loggia, balcon vitré, véranda, piscine, spa, jacuzzi, jardin ou encore installations d’énergies renouvelables sont autant d’éléments qui complètent votre habitation.

Trois types d’appareil (les cheminées à foyer ouvert ou fermé, les inserts et les poêles à bois) doivent obligatoirement être déclarés à la souscription, que ce soit en maison ou en appartement. En revanche, les cheminées à usage uniquement ornemental ou les installations dont le conduit est condamné n’ont pas à être déclarées.

Dans le cas où le souscripteur n’a pas fait installer par un professionnel l’un de ces trois appareils et qu’il l’utilise, il s’engage à faire vérifier son installation et de la mettre en conformité dans les six mois.

Exercez-vous une activité professionnelle à votre domicile ?

Un contrat multirisque habitation a pour vocation à assurer des locaux à usage d’habitation. Si vous exercez une activité professionnelle à votre domicile, vous devez le déclarer sauf dans le cadre du télétravail.

Les activités professionnelles qu’il est possible de couvrir

Certaines activités professionnelles ne sont absolument pas couvertes, voire interdites par un contrat habitation. Toutefois, si vous exercez des activités :

  • d’assistante maternelle agréée,
  • d’accueil de personnes âgées ou handicapées
  • ou de chambres d’hôtes,

rapprochez-vous de votre conseiller pour savoir dans quelle mesure une extension de garantie peut être souscrite dans votre contrat.

Quelle est la valeur des biens contenus dans votre habitation ?

C’est le moment d’estimer vos biens à leur juste valeur ! Ici, à cette étape du devis, vous devez indiquer la valeur totale des biens que vous possédez : le mobilier, les bijoux, les objets de valeur ou encore les biens professionnels.

Le mobilier comprend les meubles, bijoux, objets de loisirs, appareils électroménagers, équipements informatiques, instruments de musique ou encore les vêtements, les livres, etc. Il est important de choisir les bons montants afin d’être indemnisé au mieux. Pour vous simplifier la tâche, pensez à vous munir de vos factures lors de la saisie de vos différentes informations.

Quels sont les objets considérés comme des bijoux ?

Les bijoux sont vos biens les plus précieux ! Il faut donc les protéger des cambrioleurs mais également des risques comme un incendie ou encore un dégât des eaux. Il est donc recommandé de conserver les preuves d’achat, les photographier ou encore les scanner pour, d’une part, les estimer et d’autre part, être indemnisé à leur juste valeur en cas de sinistre. Dans la catégorie bijoux sont considérés les colliers, bracelets, boucles d’oreille, bagues ou broches dont la valeur unitaire est supérieure à 300 €, les montres, stylos et briquets dont la valeur unitaire est supérieure à 1000 € mais également les pierres précieuses, les pierres fines et dures, les perles de culture, montées ou non, dès lors que leur valeur unitaire est supérieure à 300 €.

Maintenant que vous avez toutes les clés en main, vous pouvez demander sereinement votre devis en ligne.

* Sous réserve d’acceptation du risque par Aviva Assurances

Document non contractuel à caractère publicitaire à jour le 28/07/2021

Demander un devis d'assurance habitation en ligne