Baromètre des Professionnels Aviva 2016 – spécial «Entrepreneurs» : quel moral en cette fin d’année ?

Vous êtes entrepreneur, futur créateur-repreneur d’une entreprise ou le monde de l’entreprenariat vous intéresse ?

Découvrez les résultats du dernier ‘baromètre des professionnels Aviva’ qui donne la parole aux chefs d’entreprises et futurs entrepreneurs, peut-être comme vous.

Cette enquête* Aviva en partenariat avec l’institut de sondage ODOXA est réalisée pour la 5ème année consécutive auprès d’un échantillon représentatif d’entrepreneurs et futurs entrepreneurs et a pour objectif de mieux cerner leurs préoccupations et leurs attentes.

Plusieurs enseignements ressortent de cette enquête.

Entrepreneurs français : un moral fortement entamé

Une faible confiance en l’avenir

Comme la grande majorité des Français (74%), les entrepreneurs interrogés se montrent peu confiants quant à l'avenir économique de la France (72 % se déclarent « plutôt moins confiants ») et quant à celui de leur situation économique personnelle ou de celle de leur activité ou entreprise pour les 6 prochains mois (62 % se disent « plutôt moins confiants »).

Pourquoi les entrepreneurs font-ils preuve de défiance ?

Face à une situation économique qui ne s’améliore pas, les entrepreneurs s’interrogent en premier lieu sur la possibilité pour eux de maintenir voire accroître leur chiffre d’affaires.

En plus de la situation économique jugée difficile, l'évolution défavorable de la fiscalité et de la réglementation qui leurs sont imposées sont, ensuite, les principales sources d’inquiétude des entrepreneurs.

Enfin, les entrepreneurs se disent préoccupés par leur environnent concurrentiel qui leurs semble de plus en plus rude et qui grève leurs marges et par leurs difficultés à rentabiliser des investissements obligatoires importants.

Les entrepreneurs qui se disent « plus confiants », misent quant à eux, pour 43 %, sur leurs propres innovations ou nouveaux projets lancés pour garantir l’avenir économique de leur entreprise et, pour 36 %, sur leur carnet de commande rempli pour les quelques prochains mois.

Pour les entrepreneurs en devenir, créateurs ou repreneurs, l’incertitude quant à la rentabilité de leur future activité et les difficultés administratives constituent leurs principales sources de préoccupation.

Entrepreneur : un métier qui reste malgré tout attractif !

Entrepreneur vs patron : une bonne image ?

Dans leur très grande majorité, les entrepreneurs (61 %) et les futurs entrepreneurs (69 %) ont conscience de bénéficier auprès des Français d'une bonne image. Cependant, contrairement aux déclarations des Français qui apprécient les patrons pour 57 % d’entre eux, seuls 21 % des entrepreneurs estiment que « les patrons » ont une bonne image.

Pourtant, les entrepreneurs sont très majoritairement prêts à recommander à leur propre enfant ou à un jeune de devenir lui-même entrepreneur (71 % d’entre eux), un enthousiasme un peu moins sensible chez les Français qui ne sont que 57% à partager cet avis.

Les bonnes raisons de devenir entrepreneur

Les motifs qui incitent à devenir entrepreneur ne sont pas forcément ceux que l’on croit.

Si 30 % des Français pensent que la principale motivation pour devenir entrepreneur est d'exercer une profession passionnante, ce n'est pas ce que privilégient les entrepreneurs. Ceux-ci déclarent que c'est pour être, avant tout, à leur compte et indépendants.

En revanche, les Français et les entrepreneurs considèrent, de la même manière, qu’avoir des clients fidèles, prêts à vous suivre, est le principal facteur de réussite d'un projet entrepreneurial. Un autre facteur clé pour réussir selon les entrepreneurs est d’avoir le soutien de son entourage : famille, amis et associés.

Faut-il favoriser l’entrepreneuriat ?

La très grande majorité des Français et des entrepreneurs partagent l'idée que favoriser davantage les créateurs et repreneurs d'entreprises permettrait d'améliorer la situation économique et sociale en France, notamment celle de l'emploi et du pouvoir d'achat. Ce qui, à leur avis et à la quasi unanimité, n'est pas suffisamment le cas en France.

En outre, les Français et les entrepreneurs ont le sentiment que les entrepreneurs et les problèmes auxquels ils sont confrontés ne sont pas suffisamment pris en compte dans le cadre de la campagne électorale actuelle, en vue de la présidentielle de 2017.

D'ailleurs, 1 Français sur deux et 1 entrepreneur sur deux seraient prêts à voter pour un candidat qui ne partage pas forcément ses idées politiques si celui-ci faisait de bonnes propositions concernant l'entrepreneuriat.

Focus sur le moral des entrepreneurs français ?

infographie.png

* Méthodologie d’enquête :

Echantillon de personnes, interrogées par ODOXA pour Aviva, via internet, entre le 27 octobre et le 4 novembre 2016 :

- Français : échantillon de 974 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

- Entrepreneurs potentiels : 496 personnes souhaitant entreprendre ou reprendre une entreprise issues d’un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

- Entrepreneurs : échantillon de 314 entrepreneurs.

 

Faire un diagnostic professionnel

Haut de page