L’accueil et l’intégration des réfugiés

Un vrai enjeu d’innovation sociale

Anne Hidalgo annonçait au début de l’été son intention de créer un camp pour les réfugiés dans la capitale, selon la maire de Paris, le 1er camp devrait voir le jour fin septembre. C’est une étape importante vers un accueil digne qui doit cependant être associée à un dispositif cohérent au niveau national. Des entrepreneurs utiles innovent et construisent des solutions durables partout sur le territoire pour l’accueil et l’intégration des réfugiés. Ils s’investissent notamment autour de deux enjeux essentiels, depuis trop longtemps traités séparément : l’hébergement et l’accompagnement sur le chemin de l’emploi.  

L’enjeu de l’hébergement

Le Groupe SOS a trouvé 300 places en Ile-de-France dans des structures existantes ou dans des hôtels en moins de 72 heures. Problème, « Une fois le droit d’asile obtenu, les réfugiés sont en droit d’obtenir un travail et un toit, pourtant ils sont encore plus de 1000 à être hébergés dans des dispositifs d’urgence en Ile-de-France » s’indigne Eric Pliez, directeur de l’Association Aurore.

Pour désengorger les sites parisiens et proposer une meilleure alternative aux réfugiés statutaires, l’association Aurore a mis en place un programme pilote dans la ville d’Aurillac où de nombreux emplois sont à pourvoir. Le concept : proposer une offre d’installation complète couplant le logement et l’emploi. Ce programme suppose un accompagnement progressif : visite et immersion dans la ville pendant 5 jours, validation du projet d’installation, aide à la recherche d’emploi… L’installation est effective dès lors que l’exilé a l’assurance d’obtenir un emploi et un logement. Aurore déploie aujourd’hui cette offre dans d’autres villes telle que Nantes.

 « Il y a aujourd’hui en France 50 000 logements vides un quart de l’année alors que les temps d’attente pour obtenir un logement social à Paris peut aller jusqu’à plus de 12 ans ! ». Partant de ce constat, Clément Picard-Zivy créé Welcomhere : une plateforme qui vise à aider les personnes réfugiées (qui ont obtenu leur statut)  à emménager en France en les orientant vers un département, une ville ou un quartier en fonction de leurs profils (type de logement souhaité, opportunité d’emploi, centre d’intérêt, langues etc.) Les réfugiés qui souhaitent s’installer dans la ville de leur choix sont mis en relation avec des « locaux », communauté d’accueil qui peut les aider à bien s’intégrer dans leur nouvelle vie.

Accompagner sur le chemin de l’emploi

Singa rassemble aujourd’hui 25 000 personnes engagées autour des réfugiés pour leur permettre de se rencontrer à travers des activités sportives et culturelles, de tutorat linguistique ou par l’accueil chez un particulier. Depuis  2012,  l’association a aussi mis en œuvre un programme d’accompagnement à la création d’entreprise pour les réfugiés : 50  projets professionnels, entrepreneuriaux, artistiques, civiques ou culturels ont déjà été lancés. Parmi eux, Karibuny, une plateforme visant à aider l’intégration des réfugiés par l’accompagnement vers l’éducation et l’emploi.

Simplon.co a développé un projet pilote destiné à former au métier de développeur web 15 réfugiés syriens diplômés. Dans un second temps, l’entreprise sociale aimerait étendre son programme à des réfugiés non-diplômés et à mixer les classes de réfugiés avec les autres classes. « A terme, confie Frederick Bardeau cofondateur de Simplon.co, nous souhaiterions mettre en place ce dispositif dans l’ensemble des 25 écoles simplon. »

Unis-Cité a mis en place un programme expérimental de service civique spécialement conçu pour l’accueil des réfugiés en partenariat avec Singa, le groupe SOS, Aurore et l’Armée du Salut. Ces jeunes accompagnent les réfugiés pour les démarches administratives, chez le médecin, mais leur proposent également des activités culturelles et sportives. Ce programme ne bénéficie pas seulement à l’exilé, son impact se répercute sur les familles, les travailleurs sociaux, les membres de la communauté. Etc. Cet accompagnement contribue à décloisonner et casser les idées reçues.» explique Marion Lélu, Responsable Programmes et Innovation à Unis-Cité.

Pour plus d’information sur la question des réfugiés rendez-vous sur le site du Mouves pour retrouver témoignages, vidéos et tribune : http://mouves.org/dossier-laccueil-et-lintegration-des-exiles-un-enjeu-dinnovation-sociale/