Assurances professionnelles : 5 risques à évaluer pour préserver l’avenir

La fonction de chef d’entreprise réclame de multiples compétences dont celle d’anticiper d’éventuels problèmes. Découvrez les cinq principaux risques auxquels les entrepreneurs sont confrontés et les solutions qui existent.

Dommages aux tiers

Recours d’un client mécontent de travaux réalisés, action d’un salarié jugeant son licenciement abusif, litige avec un bailleur ou un concurrent… les facteurs de discorde ne manquent pas et il est essentiel de pouvoir compter dans de telles situations sur les conseils d’un professionnel qui vous connaisse.

Perte de revenus liée à la maladie

La maladie du chef d’entreprise a deux conséquences. La première, à titre personnel, est qu’elle prive souvent le dirigeant de son niveau de revenu habituel. La seconde est qu’elle pèse directement sur l’activité de l’entreprise car l’absence de dirigeant s’accompagne souvent d’une carence de management. Des solutions existent comme l’assurance homme clé qui permettra, en cas d’absence longue, d’embaucher temporairement un manager de transition.

Vols, incendies, inondations, perte d’exploitation

Au quotidien, l’entreprise a besoin de locaux, de matériel, d’équipements, de matières premières pour son activité. En cas de sinistre, c’est bien souvent l’équilibre de son fonctionnement qui est remis en cause. L’assurance est ainsi en cas de vol un enjeu stratégique pour beaucoup de sociétés. Autre facteur contre lequel se prémunir : les inondations qui peuvent à la fois bloquer l’exploitation d’une entreprise mais également endommager le matériel.

Sinistres liés aux véhicules professionnels

Qu’il s’agisse de déplacements pour aller rencontrer un client ou bien effectuer une intervention sur un chantier, l’activité d’un professionnel est intimement liée à la disponibilité d’un véhicule. Assurer le contenu d’un véhicule est ainsi tout aussi important que d’assurer le véhicule lui-même en étant particulièrement vigilant aux lieux de stationnement notamment la nuit.

Perte de revenus lors de la cessation d’activité

Si les salariés cotisent à différentes caisses à travers des régimes obligatoires de retraite, les indépendants pour leur part, sont soumis à un minimum de prélèvements dans ce domaine… et bénéficieront donc de très peu de redistribution en fin de carrière. Pour éviter de découvrir cela trop tard, tous les actifs reçoivent désormais un relevé de carrière dès 40 ans et peuvent ainsi effectuer une projection de leurs futurs revenus. Des produits d’épargne volontaire existent dont certains sont en partie défiscalisés.

Haut de page